• Le Livre « Découvrir le Maître Intérieur »

    Par Jean-Louis Siémons, scientifique de profession, intéressé par les traditions spirituelles, un spécialiste averti des problèmes de réincarnation et de survivance de la conscience.

  • L'inséparable compagnon dans la vie et la mort

    Le temps n'est plus où l'on devait choisir entre croyance en Dieu et athéisme. Le siècle passé nous a découvert l'Orient et ses richesses, mais révélé aussi des perspectives scientifiques compatibles avec une vraie démarche spirituelle.

Introduction

Dans ce livre, les pages qui précèdent le chapitre VI font largement le bilan de la situation de la pensée dans le monde moderne, où tant d'idées, jadis acceptées, sont remises en question – particulièrement dans le domaine spirituel, où les religions dogmatiques ont perdu beaucoup de leur pouvoir, pour imposer leurs croyances.

Notre monde est maintenant largement ouvert à la spiritualité orientale et se préoccupe aussi beaucoup de faits expérimentaux comme les Expériences de Mort Imminente (= E.M.I., ou en anglais : Near Death Experience = N.D.E.) qui obligent à revoir les idées anciennes sur la mort (et la psychanalyse). Les E.M.I., ou N.D.E., ont un caractère « initiatique » qui amène à imaginer, dans l'homme, la présence d'une entité spirituelle qui l'accompagne, de la naissance à la mort. D'aucuns ont pu y voir l'intervention d'un « ange gardien ». En dehors de cette croyance (qui fut quelque temps à la mode), l'exploration de textes spirituels, porteurs d'un message ésotérique assez transparent, peut être vraiment révélatrice, comme le montre le chapitre IV, où l'on découvre, en Islam iranien, le grand mystique Sohrawardî (grâce aux écrits de l'érudit, Henri Corbin), en Grèce, le rôle du légendaire Prométhée (comme véritable père de l'humanité pensante), et même, dans la Genèse juive, le mystère décrypté de l'éveil du premier couple humain à la conscience réfléchie.

Cette évocation révélatrice de textes anciens incite aussitôt à relire les Écritures de l'Inde, pour y trouver l'affirmation de la présence, dans chaque homme, d'un Soi profond, d'un Maître intérieur, qui ne manquera pas de se révéler dans une méditation profonde et, sûrement, au moment de la mort de l'individu qu'il a pu éclairer pendant toute son existence.

Nous voici ainsi face à une « Grande Énigme », que notre monde moderne, bien plus ouvert à une réflexion spirituelle, aurait plus de chances d'explorer, et de résoudre, comme devrait le montrer les chapitres VI et VII, qui terminent l'ouvrage.